Pédagogie

“Architecture as a political practice” est une activité d’enseignement et de recherche menée depuis 2015 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne.

L’ENSASE et Après la révolution collaborent régulièrement à l’organisation d’évènements publics de diffusion de savoirs, de rencontres, de mise en débat de travaux. C’est pourquoi l’association propose de diffuser les travaux de l’atelier avec l’accord des étudiant⋅es et des enseignants.

INTRODUCTION À UNE PÉDAGOGIE ARCHITECTURALE VISANT À TRAVAILLER L’ORDRE DU MONDE

Si comme nous le pensons l’architecture est un champ disciplinaire de transformation de l’ordre (des ordres) du monde, alors ce champs disciplinaire doit être travaillé scientifiquement. C’est l’objectif du travail qui est mené depuis 2014 à l’ENSASE dans l’atelier de Master 1 intitulé Temps de crises : l’architecture comme pratique politique.

Nota : Il s’agit d’un atelier bilingue où l’enseignement se fait principalement en anglais.

PARTI

L’architecture est une occupation humaine habituellement associée à «la production de bâti». Cependant, l’accumulation exponentielle de problèmes complexes et massifs dans les sociétés humaines appelle à reconsidérer ce présupposé. Il est relativement récent que la figure de l’architecte a vu l’objet de ses occupations resserré à la seule production de bâti. Vitruve a dédié de nombreuses pages à la construction de machines, Palladio a utilisé la pensée architecturale pour réformer l’art de la guerre et l’agence AMO de Koolhaas a été récemment missionnée pour imaginer un projet d’évolution de l’Union Européenne à l’horizon de 2050. La présente pédagogie commence à partir du moment où l’architecture est considérée comme une discipline pouvant être appliquée à tout problème complexe dans la construction de la réalité.

PROGRAMME

Cet atelier proposé à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne(Saint-Etienne) est construit en lien avec Archeworks (Chicago), le Centre Jean Pépin, l’École Normale Supérieure (Paris), l’École Nationale Supérieure d’Architecture et Paysage de Bordeaux (Bordeaux), la University of Chicago (Chicago), la Ligue de l’Enseignement et l’Amicale Laïque Michelet de la ville de Saint-Étienne. L’ensemble de ces partenaires se retrouve annuellement dans le cadre d’un colloque international regroupant des architectes, philosophes, chercheurs, théoriciens critiques, économistes, et activistes afin de questionner le rôle de l’architecture face aux enjeux contemporains des réalités de notre monde.

NATURE DES PROPOSITIONS PRÉSENTÉES

Les projets réalisés par les étudiants dans le cadre de cet atelier sont issus d’une double intention : la première est de questionner collectivement, de manière théorique et par l’exercice du projet, la pertinence d’une application de la pensée architecturale à la transformation de l’ordre du monde ; la seconde est de remettre ces nouvelles générations d’étudiant·e·s en architecture face au politique. Il s’agit pendant un semestre de consacrer leur travail au fait trop peu travaillé dans les écoles d’architecture que toute construction de la réalité est politique. C’est pourquoi les points de vue exprimés dans ces projets ne reflètent pas nécessairement ceux des étudiants ou des enseignants. Ils sont des hypothèses de travail visant à ouvrir à nouveau un espace de pensée pour des constructions alternatives de l’ordre du monde.

PORCESSUS DE TRAVAIL

“Architecture as political practice” est un atelier d’architecture qui se concentre chaque année sur la remise en cause de la fonction politique de l’architecture dans les sociétés, de son rôle anthropologique.

Quel est le but politique de l’architecture dans la société ? Quelles sont les conséquences politiques de la pratique architecturale sur la gouvernance de sa propre existence ? Quel modèle de société le plan d’un bâtiment organise-t-il ? Comment l’architecture est-elle utilisée par les structures gouvernementales pour administrer des territoires et des individus ? Comment les architectes peuvent-ils structurer leur propre pratique sur un fondement politique ?

Ces questions sont le point de départ du développement de l’atelier.

La fonction politique de l’architecture dans les sociétés est étudiée à travers une perspective différente chaque année : L’architecture comme construction de l’ordre mondial, capitalisme comme architecture, l’articulation de la guerre et de l’architecture dans la construction de la réalité, l’architecture du travail, etc.

Cet atelier se veut être une expérience exploratoire dans laquelle les idées, la réflexion et la compréhension des grands événements historiques tels que la La Seconde Guerre mondiale, les processus de mondialisation, les évolutions du capitalisme sont aussi importants, et ne peuvent être dissociés, du processus de conception et de la production de bâtiments. Les propositions de conception des étudiants pourront être inhabituelles, voire problématiques, du moment qu’elles traitent de manière significative la problématique sur laquelle ils ont choisi de travailler.

En tant qu’association loi de 1901, Après la révolution est complètement autonome financièrement, statutairement et ne reçoit aucun soutien financier de la part de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne.

De l’endoctrinement
A. Durrmeyer & A. Tripoz

Journal, Numéro 1, Pédagogie

De l’endoctrinement A. Durrmeyer & A. Tripoz Paru dans • Après la révolution –...

Read More

Politique
2018-2019

Pédagogie, Politique

Politique Les relations intenses qui lient l’architecture à la politique dans la production...

Read More

Travail
2016-2017

Pédagogie, Travail

   ...

Read More

Guerre
2015-2016

Guerre, Pédagogie

   ...

Read More

Capitalisme
2014-2015

Capitalisme, Pédagogie

"Our cities are the brainchildren of Reagan and Tatcher." Rem Koolhaas...

Read More
(Visited 947 times, 1 visits today)
Close